Descent

Descent

Descent

Descent débarque comme le messie en 2006 dans le monde des jeux de plateaux tentant de réimposer le style du porte / monstre / trésor. Le pari est réussi puisqu'en septembre 2012 sortira la version II de ce jeu après 5 extensions et tout un tas de suppléments.

Mais alors qu'est-ce qu'il y a dans la boite pour assurer un tel succés ? Et bien avant tout chose, il faut s'intéresser à sa taille : une boite énorme ! Et quand on jete un oeil dedans, on croit rêver : 80 figurines, un plateau modulable, des portes en 3D, 200 cartes, des dés spéciaux et un tas monstrueux de jetons, de fiches de personnages : bref c'est déjà la joie.

Les joueurs peuvent incarner un héros de leur choix (il y en a 25 aux capacités différentes!) et devront accomplir une quête tout en affrontant le maître du jeu qui dispose de ses monstres bien sûr, mais aussi de cartes spéciales à jouer contre eux.

Les dés de combat sont spéciaux et ils indiquent les dommages causés, la portée exprimée en cases et même des effets particuliers causés par telle ou telle arme magique. Les monstres sont tous livrés en double, une version normale et une un peu plus costaud.

Le gros point noir, c'est la durée des parties car entre le temps de mise en place du jeu et le déroulement d'une quête et bien il devient difficile de maintenir des novices autour de la table. Il y a aussi le système de "repop" tiré des jeux vidéos et de Doom - le jeu de plateau- dont il emprunte tous les mécanismes qui ne siet pas du tout avec l'ambiance d'un dungeon crawl. Les héros auront souvent tendance à se suicider sur le boss pour réapparaitre tout frais à la dernière borne magique activée pour l'achever. On notera aussi que bon nombre des 25 héros proposés sont des clones, seule l'apparence diffère pour certains.

Le plateau modulable est assez moche car il s'agit d'une grille blanche simplement posée sur un dessin pour délimiter les cases. On s'attendait à mieux surtout que son grand frère (Doom) bénéficiait d'un design irréprochable sur ce point.

Un autre défaut est l'impossibilité de garder son héros et tout ce qu'il a acquis dans son aventure car le jeu impose de choisir un personnage différent à chaque quête ... un mécanisme incongru auquel personne ne s'attendait dans un dungeon crawl ! Il vous faudra donc palier ce problème vous-même ou bien acheter la troisième extension Héros de Légende qui corrige cela.

Mais qu'importe ! Descent a été une révolution en son temps, empruntant aux jeux du passé le meilleur pour offrir le maximum en une seule et même boite. Au fil des extensions, le jeu s'est perfectionné mais a alourdi sa mécanique de base. C'est la controverse principale disputée par les fans qui espèraient beaucoup plus de fluidité pour la version II.

Descent

Jeu associé